11 BP. 8 CMS Ouagadougou 11

+226 70 30 88 89

interfacedev@gmail.com

L’élevage des Cailles

L’élevage des Cailles


Les Cailles et l’élevage des cailles.


La caille.

La caille est un oiseau qui fait partie de la famille des phasianidés. C’est un oiseau sauvage qui a été domestiqué et élevé depuis longtemps pour sa délicieuse chair et pour ses œufs qui ont des effets thérapeutiques.

La caille est rustique et très prolifique. Dans les conditions normales d’élevage, la caille pond un œuf par jour à l’âge adulte avec des jours de repos variables. Une caille femelle pond 5 à 6 œufs par semaine. Elle atteint sa maturité à 7 semaines et pont entre 200 à 300 œufs par an. C’est un oiseau aux multiples vertus et très utilitaire. On élève la caille pour :

  • Ses œufs qui sont très riches en protéine et recommandés contre l’asthme et de diverses maladies ;
  • Sa chair tendre et délicieuse qui a aussi des vertus thérapeutiques ;
  • Ses plumes qui sont utilisées dans la fabrication des aliments ;
  • Ses fientes sont utilisées pour le compost, la production de biogaz ou de la provende pour les ruminants et les monogastriques comme les porcs.

Les fientes sont également utilisées dans la production des Asticots.

Comment commencer son élevage ?

Les cailles sont des volailles qui peuvent être élevées en batterie et sur un espace réduit. Pour commencer un élevage de caille, vous avez deux possibilités :

  • Possibilité 1 : Acheter les premiers sujets adultes prêts à pondre chez un éleveur de cailles professionnel. La famille de cailles est composée de quatre (04) femelles et de un (01) mâle ;
  • Possibilité 2 : Acheter les œufs fécondés chez un éleveur de cailles professionnel pour les couver.

Cela nécessite que vous disposiez d’une couveuse électrique ou solaire car les cailles sous nos tropiques dans les conditions d’élevage ne couvent pas naturellement leurs œufs.

NB : Notons que les cailles sauvages observées dans leur milieu naturel pondent dans des nids et couvent leurs œufs.


 L’éleveur de cailles professionnel est une personne qui fait de l’élevage des cailles un métier. Il exercice son activité dans une ferme ou à domicile. C’est une personne qui doit vous inspirer confiance au regard de la conduite de ses activités, de ses propres installations et de ses productions. Il connait son travail et ses sujets. Il ne vous donnera jamais des sujets inaptes ou qui ont des vices de formes. En somme, il ne vous vendra pas des sujets que lui-même désire s’en débarrasser pour vices cachés. C’est une personne honnête et qui doit vous assurer et vous donner des garanties.


Le matériel d’élevage.

Le matériel d’élevage est l’ensemble des outils qu’il faut pour garantir un bon élevage. Il peut être différents d’un pays à un autre en fonction des disponibilités des matières de base. Pour garantir un bon élevage il vous faut :

  • Une cage grillagée (grillages à mailles fines) surélevée pour éviter le contact des cailles et de leurs fientes ;
  • Des mangeoires et abreuvoirs adaptés. Choisissez ceux qui sont Antigaspillages ;
  • Une éleveuse équipée d’une lampe chauffante de 40W et un variateur (cage pour garder les cailleteaux au chaud après l’éclosion et les protéger contre le froid et les animaux nuisibles). L’éleveuse est utile pour ceux qui désirent se lancer dans la reproduction.
  • Un bâtiment aéré ou un hangar pour installer les cages grillagées.

La densité.

La densité est le nombre de sujets qu’il faut pour 1m². Pour le cas spécifique des cailles, plus elles sont en promiscuité plus les montées se font correctement. Pour un bon élevage prévoir 25 cailles par surface de 1 m². Un hangar de 25 m² peut permettre d’élever 975 cailles en batterie sur 3 étagères.

L’alimentation.

Elle peut varier selon le milieu. Vous pouvez utiliser les aliments composés pour les poussins disponibles sur les marchés. De temps en temps, donner leurs :

  • De la verdure (feuilles de salade ou de choux pommés…) ;
  • Des termites et des asticots…

Les abreuvoirs.

Étant donné du caractère physiologique de la caille, les abreuvoirs doivent être adaptés à leur taille pour éviter les noyades.

  • Utiliser des abreuvoirs en plastiques disponibles dans les boutiques des vétérinaires. Vous pouvez utiliser les abreuvoirs pour les poussins, ceux de 1L si votre exploitation ne dépasse pas une famille. A partir de 5 familles utiliser les abreuvoirs de 3L.
  • Pour les cailleteaux découper des bidons d’eau de boisons, mettre des cailloux propres à l’intérieur pour éviter les noyades.

L’Hygiène.

L’hygiène rime avec le type de bâtiment et le mode d’élevage adoptés. Choisissez l’élevage en batterie dans des cages à grillages surélevés avec des tiroirs de récupération des fientes. Donc, tout commence avec le type de bâtiments et de cages à adopter.

NB : Les cailles sont des oiseaux qui consomment beaucoup d’eau. Pour garantir un bon élevage, les abreuvoirs ne doivent jamais manqués d’eau. L’eau doit toujours être fraiche et potable.

Dans un élevage de cailles, pour prévenir les malades, vous devez tenir les lieux toujours propres. Les cailles sont très rustiques et il n’y a pas de prophylaxie particulière. Ce n’est pas pour cela qu’elles sont à l’abri d’autres maladies transmissibles telles que la variole aviaire, le coryza, la grippe aviaire. Ces maladies sont généralement constatées surtout quand elles sont élevées avec d’autres volailles ou à proximité d’autres volailles.

Par ailleurs, les cailles résistent mieux aux attaques parasitaires que les autres volailles (poules, pintades, les canards…). Donc pour prévenir les maladies, voici les consignes à adopter :

  • Servir toujours de l’eau potable chaque jour ;
  • Tenir les abreuvoirs et les mangeoires toujours propres ;
  • Tenir l’environnement de l’élevage toujours propre ;
  • Les déparasiter au moins une fois par mois dans le cas échéant avec le jus des feuilles tendres de Neem dans l’eau de boisson.

La Prophylaxie.

C’est l’ensemble des mesures d’ordres techniques, biologiques prises par l’éleveur pour empêcher l’apparition ou l’évolution d’une maladie dans un cheptel. Elle varie d’une espèce à une autre selon la race et la souche, le milieu ou le temps. Il faut donc faire :

  • Un déparasitage tous les 1 ou 2 mois, suivi de 3 jours de vitamines ;
  • Un anticoccidien tous les 2 mois pour les reproducteurs et un antibiotique…

Optez pour le traitement biologique et naturel en utilisant les feuilles de neem.


Attention ! Le déparasitage se fait en une journée. Nous vous recommandons le déparasitage biologique et naturel par l’utilisation des feuilles tendre de Neem. Pendant le déparasitage, vous observerez une chute de ponte les deux jours suivants. Cela est normal d’autant plus que le produit ingurgité par les cailles permet de les nettoyer de fond en comble et de les débarrasser de tous les germes pathogènes. Pour l’usage des feuilles de Neem, utiliser les jeunes feuilles, celles qui sont tendres. Les cueillir, les laver proprement, les écraser finement, les macérer puis filtrer.. Pour une 500g de feuilles de Neem, utiliser 2L d’eau potable. Donner le jus obtenu aux cailles, 1L de jus pour 50 cailles. Laisser cette eau comme eau de boisson pour 1 jour. Le traitement peut être renouvelé une fois par mois ou une fois tous les deux mois.


La Reproduction.

Les cailles dans les conditions d’élevage en captivité restent des cailles de pontes. En d’autres termes, elles pondent mais elles ne couvent pas leurs œufs. La reproduction des cailles dans ce cas doit se faire artificiellement à l’aide de couveuses. Pour une bonne reproduction, tenir compte :

  • De l’état de santé des sujets reproducteurs ;
  • La taille du sujet, c’est à dire les gabarits ;
  • L’âge des sujets.

Le mâle peut se reproduire à 9 semaines. A l’âge adulte, il pousse des cris sonores et son cloaque gonfle. Quand on pince légèrement, une substance blanche épaisse en forme de mousse sort, c’est sa semence. C’est un indicateur de sa maturité. Les cailles mâles sont polygames et des supers accoupleurs. Ils ont besoins de s’accoupler à plusieurs femelles et à tout moment dès qu’ils sont rassasiés. C’est leur sport favori. Les reproducteurs sont choisis parmi les plus robustes et en bonne santé. Il faut 4 femelles pour un mâle, 8 femelles pour 2 mâles etc. Si ces proportions ne sont pas respectées il y a plusieurs risques :

  • Moins de femelles pondent s’il y a plus de femelles ;
  • Les mâles s’agressent violemment pour pouvoir s’accoupler s’il y a moins de femelles et plus des mâles. En ce moment les accouplements seront perturbés.

Les mâles et les femelles se reconnaissent à partir de 3 semaines. Les mâles se reconnaissent à leur plumage uniforme sous la gorge et les femelles par leur plumage tacheté de noir sous la gorge.

La ponte.

La caille femelle pond entre 200 à 300 œufs par an. Les pontes se font généralement les après midi. On a aussi observé des pontes qui se font les matins. De toutes les façons, les moments des pontes sont synchronisés par les animaux et cela se fait soit les matins, soit les soirs. Pour le ramassage, attendre que les pontes soient terminées et cela doit se faire à des heures régulières.

La Conservation des œufs.

Le ramassage des œufs se font tous les jours, de préférence en fin d’après midi ou en début de soirée. Cela pour se rassurer que toutes les femelles aient pondu. Les œufs ramassés ont principalement deux destinations :

  • Les œufs destinés à la consommation peuvent être conservés dans un réfrigérateur à une température variant entre +10°C à +2°C. A cette température, ils peuvent être conservés pendant 20 jours. Ensuite vous pouvez les faire sortir par la méthode de la gestion des stocks « Premier Entrée, Premier Sortie (PEPS); en Anglais First In First Out (FIFO) » ;
  • Pour les œufs destinés à la reproduction, vous devez les stocker dans un endroit sec et aéré avec une température variant entre 30°c à 25°C. Les œufs à stocker ne doivent pas excéder 7 jours. De préférence, pour une reproduction plus ou moins grande, les premiers œufs et les derniers œufs ramassés au cours d’une semaine ne doivent pas excéder 6 jours. En somme, les œufs ramassés le Lundi soir jusqu’au Vendredi soir peuvent être couvés le Samedi ou le Dimanche soir).

L’Incubation.

L’incubation est le temps qui s’écoule entre la couvaison et l’éclosion des œufs. Elle dure entre 15 jours à 17 jours chez les cailles. Elle se fait de façon artificielle l’aide d’une couveuse.

La Réforme des reproducteurs.

Il s’agit du renouvellement des sujets reproducteurs dont les œufs sont destinés à la reproduction ou à la consommation. Les cailles dont les œufs sont destinés à la consommation doivent être remplacées par d’autres sujets au bout de 6 mois de ponte. Dans certains cas, on peut les garder pendant 1 an. De toutes les façons, si les pontes chutent malgré les bonnes conditions d’hygiène et d’aliments, cela est un indicateur pour renouveler les sujets reproducteurs.

L’engraissement.

Les cailles peuvent être engraissées pour la consommation. Il s’agit d’acheter des sujets (cailleteaux chez un éleveur) ou de couver les œufs (reproduire vos propres cailleteaux) pour ensuite les engraisser. Les cailles sont consommables après 60 à 70 jours selon le type de nourriture que l’on a opté. Son gain moyen quotidien (GMQ) est de 3 g/jr.

Télécharger le document complet en version PDF ici → IMMERSION ENTREPRISE Élevage N°01 L’élevage des cailles 

Julien OUEDRAOGO

 

2 réponses

  1. Hendi dit :

    Bonjour Julien,
    Merci pour cet article très utile pour moi. J’ai cependant été confronté à un fait lorsque j’ai essayé de couver des oeufs de cailles. Après éclosion les cailletons se trompaient toujours et la suite le froid à eu raison deux. Il n’y avait pas assez d’eau pour qu’ils se noient mais assez pour les mouiller.
    Comment faire pour qu’ils ne trempent plus vue que j’entends réessayer une fois de plus.
    Grand merci pour le leadership

    Hendi

    • Immersion@dmin dit :

      Bonsoir Hendi,
      Vous auriez remarqué que les cailleteaux sont très mobiles après l’éclosion. C’est le meme rythme qui les anime quand ils sont dans l’éleveuse et ils se trempent le plus souvent en essayant de traverser les abreuvoirs. Retenez que tout se joue dans l’eleveuse et pour cela, il vous faut des abreuvoirs adaptés que vous pouvez trouver dans les commerces et surtout mettre l’accent sur le système de d’aération et le chauffage. S’il fait trop frais les cailleteaux ne resisteront pas, de meme s’il fait trop chaud et qu’il n’y a pas d’air, ils mourriront également. Dans ce dernier cas, meme s’ils ne se trempent pas dans leur eau de boisson, la chaleur que leur corp degage les donne un aspects trempé et ils peuvent mourrir asphyxié.

      Julien OUEDRAOGO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *